Les drôles de mam's


 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Echarpe de portage - pourquoi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sibille
durdur d'être une super maman !
durdur d'être une super maman !
avatar

Nombre de messages : 20586
Age : 42
Localisation : Toulon (83)
Date d'inscription : 24/07/2006

MessageSujet: Echarpe de portage - pourquoi ?   Lun 17 Sep - 19:31

Peut-être avez vous déjà croisé ces nouveaux parents, portant leur bébé enroulé dans une grande écharpe. Non, ce n'est pas une lubie de leur part, mais bien une nouvelle façon d'aborder l'après naissance : l'enfant porté développe un meilleur sentiment corporel (développement moteur, équilibre...), un meilleur équilibre nerveux (coordination, sensibilité), une meilleure attitude psychique (conscience de soi, confiance...) mais aussi sociale (capacités d'intégration, moins de frustration...). Que des atouts pour l'avenir !
Ce mode de portage utilisé depuis des millénaires dans nombre de cultures traditionnelles, va vous permettre de prolonger ce lien extraordinaire que vous avez créé tout au long de votre grossesse. Vous allez pouvoir vaquer à vos occupations quotidiennes, les mains libres en gardant bébé tout contre vous.
Alors tous à vos écharpes pour des bébés et des parents heureux.

_________________
Sibille
Heureuse maman de Maela (3/08/04) et Yanna (1/01/07)... Et la plus heureuse des femmes depuis le 5/09/09
Revenir en haut Aller en bas
sibille
durdur d'être une super maman !
durdur d'être une super maman !
avatar

Nombre de messages : 20586
Age : 42
Localisation : Toulon (83)
Date d'inscription : 24/07/2006

MessageSujet: Re: Echarpe de portage - pourquoi ?   Lun 17 Sep - 19:42

Les bienfaits du portage

A l'inverse d'autres mammifères, le bébé naît inachevé. Pour être mature, il devrait rester 9 mois de plus dans le ventre maternel. Il est donc complètement dépendant de l'adulte pour sa survie et son bien-être. Ceci explique l'énorme besoin de contact physique qu'ont les tous petits. Ce besoin peut être comblé par le portage la journée et le cododo la nuit.
L'enfant retrouve ainsi une grande partie des perceptions sensorielles qu'il a connues in utéro : le rythme rassurant du cœur de sa maman, le bercement, le son de sa voix.
En occident et durant ces derniers siècles, l'homme qui était à la base un primate porteur s'est transformé en nidicole, mettant son petit dans un lit, berceau ou transat où il est censé rester tranquille. Pourtant, les besoins du bébés sont restés les mêmes au fil des siècles : un nid douillet constitué par le corps de la mère.
Pleurs et coliques du nourissons :


La proximité corporelle mère/enfant est essentielle pour le bébé et permet à la mère de répondre plus vite aux signaux qu'émet l'enfant, souvent sans même qu'il ait besoin de pleurer.
Il est logique que si l'enfant qui se sent rassuré et en sécurité et à qui l'on répond sans délai, pleure moins. D'ailleurs, on peut remarquer que dans les sociétés où l'on porte constamment les bébés, ces derniers ne pleurent que très rarement. Une étude menée par Us Unziker et Ronald Barr de l'université Mac Gill au Canada est venue corroborer ces constations. Ils ont comparé les bébés des mères auxquelles on avait demandé de les porter davantage aux bébés du groupe contrôle. Ils ont constaté 43% de pleurs en moins sur 24 heures et jusqu'à 51% de pleurs en moins en soirée (de 16h à minuit). Enfin ils concluaient que le portage pouvait être particulièrement bénéfique pour les bébés atteints de colique. Les porter de façon systématique permettrait sans doute de prévenir, du moins en partie, ces épisodes douloureux et bien pénibles autant pour l'enfant que pour les parents.
Bébé dort

On a vu plus haut que l'enfant porté pleure moins car il se sent en sécurité. Il en est de même pour le sommeil. Le bébé s'endort beaucoup plus facilement contre son parent. Bercé par les mouvements du porteur, il reste endormi le temps nécessaire. Il semblerait même que les enfants qui sont beaucoup portés pendant la journée dorment mieux la nuit.

Portage et motricité


Le portage stimule le système nerveux du bébé et notamment son système vestibulaire, siège de l'oreille interne qui contrôle l'équilibre. Un enfant porté a en général une excellente motricité.

Il est courant de voir en Afrique où le portage est pratiqué d'une façon intensive, des bébés beaucoup plus précoces qu'en Europe.
M. Geber étudiant entre 1950 et 1960 des nourrissons baganda vivant en Ouganda dans leur milieu traditionnel a montré la surprenante avance du développement de l'enfant africain comparé à celui des enfants européens ou américains du même âge. Cette avance remarquable concerne surtout le développement moteur mais également le développement intellectuel ou affectif.
La précocité de l'enfant africain existe dès la naissance : le comportement psycho-moteur, le regard du nouveau né surprennent par leur avance. L'enfant peut garder la station assise prolongée dès 4 mois, marche à 9 mois, peut courir à 12 mois (24 mois en moyenne pour un enfant européen). La motricité fine est acquise tôt : la préhension fine avec la pince pouce-index est acquise dès 8 mois.
M. Geber a particulièrement souligné la relation entre la précocité des nourrissons observés et les conditions de leurs relations familiales :

  • L'enfant baganda est toujours désiré et considéré comme la richesse du clan. Il est attendu avec d'infinies précautions.
  • Dès la naissance, il retrouve un contact physique intime avec sa mère : il est couché sur son ventre, qui le garde serré contre son corps, peau contre peau. La mère l'allaite à la demande, la nuit comme le jour, le laisse rarement seul, reste allongée près de lui ou le porte au dos.
  • Elle répond à ses moindres manifestations et ne se trompe pas sur leurs significations respectives. Centre d'intérêt de la mère et de toute la famille, il est présenté dans toutes les situations de la vie quotidienne et est constamment sollicité par les spectacles, les paroles et les gestes de son entourage, préparation des repas, marché, visites, corvées d'eau, travaux divers, palabres, bénéficiant ainsi de stimulations proprioceptives, tactiles, auditivo-verbales et visuelles très variées. Par ailleurs, et surtout du fait du portage, il est amené tôt à agir sur son environnement humain immédiat sur un mode actif : s'agripper, se redresser, tenir sa tête pour qu'elle ne ballotte pas, s'approcher du sein de sa mère pour téter, etc.

Tout au long de la première année et d'une grande partie de la deuxième, ces facteurs de milieu très bénéfiques favorisent un développement et un épanouissement rapide. Mais surtout semble importante la sécurité émotionnelle dont bénéficie le jeune africain, du fait de la fréquence des échanges tactiles et de corps à corps.
Cette même précocité a été observée dans d'autres cultures traditionnelles qui partent d'un même nombre d'expériences : bébés nourris à la demande jour comme nuit, soumis à des stimulations tactiles, portés au dos et dormant dans le lit de leur mère.
Mais qu'en est il en occident ?
Nous ne pouvons que constater l'évidente précocité chez les bébés maternés. Acquisition de la marche vers 10 mois, autonomie et serénité. Biensûr, nous ne voulons faire aucune généralité et tenons à souligner que chaque enfant a son propre rythme et qu'il n'est pas question de compétitivité.
Dysplasie de la hanche


Il n'est absolument pas déconseillé de porter un bébé qui a une dysplasie de la hanche. L'écharpe, sans être un remède miracle peut aider à replacer dans le cotyle, une tête fémorale dont la présence, bien centrée, est nécessaire au modelage de celui-ci durant le premier âge.
On préconise dans certains cas le port de culottes spéciales très rigides censées maintenir les jambes du bébé écartées à 30-40° (position grenouille). Le portage avec une écharpe aboutit à la même position et peut donc prévenir une dysplasie. On constate que les peuples portant bébé en position jambes écartées ne connaissent pratiquement pas ce problème.
Crânes plats


Depuis quelques années, on recommande aux parents de coucher bébé sur le dos afin de diminuer le risque de mort subite du nourrisson. Malheureusement, on a vu augmenter les cas de plageocéphalies postérieures ou plus communément appelées crâne plat (14% d'adultes garderont une déformation importante). La meilleure prévention est sans aucun doute de ne pas coucher bébé à plat sur le dos pendant de longues heures. Le porter souvent limitera la position couchée et évitera d'avoir un enfant avec un crâne déformé.
Les unités kangourous pour les bébés prématurés

Créée en 1978 en Colombie pour pallier l'insuffisance de moyens techniques d'une grande maternité de Bogota, la méthode mère kangourou ou MMK a eu une diffusion éclair en une vingtaine d'années. D'abord destinée aux soins de l'enfant prématuré ou de petit poids de naissance, elle est aujourd'hui utilisée dans les pays développés pour stimuler l'allaitement maternel et permettre l'installation d'une bonne relation mère-enfant. Dès que l'état de l'enfant est stable, il est confié à sa mère qui le tient 24 heures sur 24, dormant niché au creux de ses seins.


Grâce à cette méthode, on constate :

  • la régulation de température en kangourou est aussi bonne, sinon meilleure que celle obtenue à l'intérieur de l'incubateur,
  • le rythme respiratoire est plus régulier en position kangourou (moins d'épisodes d'apnée),
  • le niveau d'oxygénation dans le sang ne diminue pas,
  • le comportement de l'enfant s'améliore et se stabilise (bébé plus souvent éveillé, moins de pleurs),
  • la position kangourou n'induit pas de risque additionnel d'infection,
  • favorise l'alimentation maternelle,
  • les mamans se sentent plus sûres d'elles mêmes et ont davantage confiance dans leur capacité d'allaiter,
  • La diminution notable du temps d'hospitalisation néonatale initiale directement liée au contact peau à peau. Il n'est d'ailleurs pas rare de voir un bébé de 31 semaines rentrer à la maison. Les critères pour ces bébés sont leur vivacité, qu'ils soient roses, qu'ils aient leur autonomie respiratoire et qu'ils puissent téter.

Pourquoi une écharpe plutôt qu'un porte-bébé???


Extrait du livre : "Bébé est là, vive Maman" du docteur Bernadette de Gasquet :
Deux points de vue sont à considérer, celui du bébé bien sûr mais également celui du porteur, ou surtout de la porteuse. En effet le choix du porte-bébé est particulièrement crucial pour la mère car la période de suites de couches est un moment de grande fragilité pour le dos, le ventre, la statique générale et le périnée !
Observons d'un point de vue mécanique les porte-bébés qui sont proposés habituellement.
L'enfant n'y est plus dans une position fœtale. Il est assis, jambes pendantes. Son corps est alors à la fois en extension et en tassement. Dès lors, rien ne le maintient vraiment, il ballote dans l'espace, la tête part en arrière, il est plié sur lui-même dans la pesanteur.

De plus , ces porte-bébés ventraux placent généralement le bébé trop bas : la tête au niveau des seins, ce qui n'est absolument pas une position normale de contact. Et en effet, personne n'aurait l'idée de placer spontanément dans ses bras un bébé à cette hauteur ! Le visage du bébé, lorsqu'il est tourné vers le porteur, est plutôt spontanément placé au contact du cou de la mère ou du père et non au niveau du sternum.
On peut aussi se demander ce qu'il en est de la circulation sanguine dans les jambes de bébé au bout d'une heure de promenade. Avez-vous essayé de rester assis longtemps au bord d'une table ou sur un tabouret de bar, les jambes dans le vide ?
Au travers de toutes ces remarques, vous constaterez par vous-mêmes que très peu de porte-bébés sont réellement physiologiques.

Que faut-il donc pour éviter les effets néfastes du portage ventral, tant pour la mère que pour le bébé ?
Le porte-bébé doit permettre :
1- de remonter suffisamment les cuisses de bébé comme dans un portage traditionnel, au lieu d'avoir les jambes pendantes ; ainsi son dos sera tenu, il retrouvera la position fœtale et sera plus "compact" ; ne représentant plus un «levier» aussi important, il sera également moins pesant pour le porteur (moins de mal de dos).

2- de placer le bébé très haut, la tête au niveau du menton de la mère, pour un meilleur contact et pour moins tirer
dans le vide et vers le bas ;

3- de plaquer le tout-petit contre le corps de sa mère, toujours pour le contact et pour éviter l'effet levier qui oblige la mère à se pencher en arrière ;

4- il faut que le porte-bébé soit adaptable à tout moment, en fonction de celui qui porte (de ses vêtements, de sa corpulence, de son attitude), des vêtements de l'enfant
etc., ce que ne permettent malheureusement pas la plupart des porte-bébés ;

5- un portage évolutif quand l'enfant grandit, avec les mêmes caractéristiques de placement et de maintien : tourné vers l'extérieur, sur le côté ou dans le dos, afin d'en faire un accessoire qui accompagne le portage dans le temps. En effet, on sait bien que la poussette n'est pas toujours là ou pas toujours pratique, que les petits enfants qui marchent se fatiguent vite, s'endorment, s'arrêtent rapidement dans les escaliers. Bref, même si on pense ne plus avoir à porter, cela arrive bien plus souvent et bien plus longtemps qu'on ne croit.

_________________
Sibille
Heureuse maman de Maela (3/08/04) et Yanna (1/01/07)... Et la plus heureuse des femmes depuis le 5/09/09
Revenir en haut Aller en bas
 
Echarpe de portage - pourquoi ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Echarpe de portage en stretch
» L'echarpe de portage
» Echarpe de portage marque Storchenwiege 2m95 en faire un sling.?
» echarpe de.portage
» portage et transit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les drôles de mam's :: Les petits loups :: Portage et maternage-
Sauter vers: